Phil Lynott "Solo in Soho"

Récupéré quelques disques pendant l’été. Après la garde des chiens, voilà un nouveau service, garder au frais les vinyles des potes. Dans le paquet, du Motörhead ( la grande compilation "No remorse" ),  les très étonnants rockeurs australiens Choirboys, un Girlschool pas encore testé, et surtout du Thin Lizzy et un Lynott, leur bassiste-chanteur, le métis à la belle voix, peau brésilienne et cœur irlandais. Eh bien, si les duos de guitare des irlandais n’arrivent pas vraiment à me passionner sur un album entier, leurs ballades restent vraiment en tête. Dans "Solo in Soho" de 1980, Lynott nous fait le coup "hey, vous voyez que c'est pas que hard, mon affaire". Il est assez ouvert d'esprit et de goût pour faire un disque qui tient le coup. En témoigne la chanson "Talk in 79" qui raconte tout ce qui passe de neuf sur le vieux continent, des Stranglers au Clash, de Kraftwerk à Police.

Les musiciens de Lizzy donnent le coup de main sur le très bon titre d’entrée  "Miss Lonely Hearts". "Girls" aurait pu faire trembler les charts. La mélodie est plus forte encore que "Lonely hearts".

 

 

Le joyeux "Tattoo" vaut le détour. La  ballade "A child’s lullaby" est une chouette virée celtique. Pas étonnant que l'Irlande rende encore hommage à  ce natif en 2016.

 

Tout n'est pas 100% top sur l'album. Lynott est tellement branché sur la scène de l'époque qu'il réussit à pas mal pomper "Watching the detectives" de Costello sur "Solo in Soho". Knopfler de Dire Starits ne réussit pas à faire décoller le "King's call". Un autre bon extrait quand même, le titre d'ouverture :

PS : pour les lecteurs intéressés par la coiffure de nos héros, voici une photo de la mère du bassiste, une femme irlandaise. Philomena Lynott s'est battue avec force pour élever seule pour ce gars né d'un père brésilien. Chapeau dans l'Irlande républicaine conservatrice pour les mœurs. Lynott est devenu un héros de la Verte Erin plus cosmopolite. Il a toujours eu une grande révérence pour les mythes et légendes de son pays. ( "Emerald", le genre de titres qui a vieilli quand même à mon humble avis )

Philomena Lynott
Philomena Lynott

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Killian Drouillard (mardi, 08 novembre 2016 14:52)

    Ils ont plus de cheveux que moi..

  • #2

    AL (lundi, 14 novembre 2016 18:50)

    Un père brésilien comme c'est le cas pour Phil Lynott, ça aide question tignasse.

  • #3

    AL (lundi, 14 novembre 2016 18:55)

    Mais en fait, non, c'est sa mère Philomena qui a l'implantation capillaire la plus solide.