Rolling Stones "Sticky fingers" et 2 ou 3 bricoles

 

Pour les albums, pas facile de trouver un Stones 100% le pied, garanti sans un coup de moins bien. La compil "Hot rocks", oui, en mettant "2000 light years" et "Sittin' on the fence" à la place de "Midnight rambler " et "Wild horses". Sur le double que tout le monde dit mythique, "Exile" de 1972, huit titres me bottent et bien d’ autres qui ne me restent pas du tout en tête. Les grands morceaux y sont ceux des débuts et de fin de face ( sauf "Shine a light" qui remplace "Soul survivor" dans le gotha perso ). "Sticky fingers" fait mieux l’affaire. Pour les solos de Mick Taylor sur “Sway”, le riff inouï de “Can’t you hear me knocking”. Mais, les Stones ne font pas du métal. Keith le rappelle à James Fox dans "Life" : "l’essentiel n’était pas de balancer un coup de poing entre les yeux". L’art de la chanson est poussé par Jagger et Richards à son zénith sur "Sticky", comme le prouvent "Dead Flowers" et "I got the blues".

 

 

Le site de Keno nous décryptent tous les textes. Un bonheur de suivre le disque avec ça, pour les non-musiciens ou les moitié-sourds comme votre serviteur :http://www.keno.org/Songlistnlyrics.htm  ." Fleurs fanées", donc.  Jagger raconte l’histoire d’un gaillard, assez entouré et défoncé pour se venger d’une fille de la haute qui se rêve "Reine de l'Underground". Savoureux et méchant comme il faut :

 

And you can send me dead flowers every morning
Send me dead flowers by the U.S. Mail
Say it with dead flowers in my wedding
And I won't forget to put roses on your grave”

 

Pour que ceux qui cherchent la séquence émotion, il y a "Wild horses". Je vois pas trop quelle est l'histoire, à la différence"Angie", mais bon, il en faut pour les feux de camp. "Sister morphine" finalement aussi belle que "Moonlight mile" question balade. Au moins, pas de naïveté ni de morale. "Brown sugar" et "Bitch" n’oublient pas le roll dans leur rock. Et la réédition en deux cds? Le vieux vinyle suffit, guère moyen d’améliorer ces dix titres.

 

 

Sinon, j'aime beaucoup la musique de "Sitting on a fence" de 1966 ( qui remercier pour la lead? Brian Jones ou Jack Nitzsche )  et la rengaine de ce teenager bourré de doute et d'amertume. Rien à voir avec "Sticky fingers", ça change d'un vieux blues ou d'un country song. Pas mal aussi la version d'"Out of time" avec choeurs et violon. Cette vidéo de 1975 devrait être obligatoire pour les chauffeurs routiers suicidaires à la recherche d'un idéal. Le mix ne rend pas gloire à cette belle version, encore plus top sur disque :

 

C'est l'été, le temps où on garde les vaches et on peut rêver sur la barrière :

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Axel Carrof (mardi, 08 novembre 2016 14:21)

    Vu

  • #2

    Romain G (mardi, 08 novembre 2016 14:56)

    c'est trop bien